Lcol R.R. Labatt, matricule 1620, D.S.O., ED, CD

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Le lieutenant-colonel Robert Labatt fréquente le CMR de 1921 à 1923. Lorsqu'il quitte le Collège, il obtient un poste d'officier de la Milice au sein du Royal Hamilton Light Infantry. Le 1er septembre 1939, quand son Régiment est mobilisé pour le service actif, il en est le commandant adjoint. Il en devient le commandant le 2 avril 1940, poste qu'il occupe jusqu'à ce qu'il soit fait prisonnier à Dieppe. Il est alors détenu à l'Oflag 7B, à Eichstatt, en Bavière, jusqu'à sa libération en 1945. Plus tard, de 1957 à 1962, il est lieutenant-colonel honoraire du Royal Hamilton Light Infantry, puis colonel honoraire de 1962 à 1972.

Citation - Ordre du service distingué

Le lieutenant colonel Labatt, de par ses qualités personnelles de leader, son courage et son sens de l'initiative, a pleinement contribué à la mission à laquelle son unité a participé à Dieppe le 19 août 1942, et dont il n'est pas revenu. Après le débarquement, il a rapidement établi son QG sur la plage, et il a dirigé l'attaque du Bataillon en personne. Plusieurs heures durant, il s'est tenu aux premières lignes de l'action et a eu un rôle important à jouer à la tête des compagnies dans la réussite de la progression et la destruction des positions ennemies. Outre ces tâches, il s'est vu confier la direction de la Brigade par un message radio de son commandant, qui avait lui-même été porté au rang des victimes. Le colonel Labatt est resté au cœur de l'action, sous le feu de l'ennemi, tout au long de l'engagement, puis il est demeuré à l'arrière-garde de la retraite; et la dernière fois qu'il a été vu, il faisait écran de son corps à son capitaine-adjudant de toute évidence grièvement blessé, se tenant prêt à le défendre. Le colonel Labatt ne semblait pas avoir été blessé lui même, mais il ne figurait pas parmi les rescapés qui ont rejoint l'embarcation d'évacuation. Les membres de l'Unité, tous grades confondus, rendent hommage à la qualité de son leadership et à sa conduite inspirante et exemplaire.

Date de modification